Lettre à ma mère

C’est le cri de douleur d’un enfant mal-aimé qui regrette de ne pas avoir su communiquer et échanger avec cette mère disparue.

Vendredi 16 octobre à 20h30
Tout public
Durée : 1h20
Tarif : plein 14€ / réduit 12€ / abonné* : 10€ / abonné famille* : 9€
Lieu : Théâtre

En 1972, Georges Simenon décide de ne plus écrire de fiction, mais il enregistre sur magnétophone vingt-deux volumes de souvenirs, dont « Lettre à ma mère »( 974) fait partie. Cette lettre confession a été écrite plus de trois ans après la disparition d’Henriette Simenon née Brüll. Mais ce n’est pas d’une lettre qu’il s’agit au fond. C’est un règlement de compte, une enquête policière, un passage à tabac . Dès le premier chapitre, le père du Commissaire Maigret autopsie le cadavre : « Nous ne nous sommes jamais aimés de ton vivant, tu le sais bien. Tous les deux, nous avons fait semblant. ».. « ...C’est pour effacer les idées fausses que j’ai pu me faire sur toi, pour pénétrer la vérité de ton être et pour t’aimer que je t’observe, que rassemble les bribes de souvenirs et que je réfléchis. »

Robert Benoit interprète Simenon avec une pudeur exceptionnelle, détaillant secrètement toute une palette d’émotions et de blessures… Il y a de quoi faire vibrer longtemps notre âme, qu’on ait eu, ou pas, une histoire douloureuse avec sa mère. Robert Benoit a su faire de cet ouvrage littéraire méconnu du public, un rare moment de théâtre. - Gilles Costas

Sites internet

Vidéos

Compagnie : Pic’Art Théâtre

Retour Spectacles de la saison 2017-2018

Connexion